Saisissant l’image d’objets quotidiens pour les transformer en pures formes où la reconnaissance physique de leur nature compte moins que le jeu optique qui leur permet d’atteindre un statut de représentation abstraite, Manuel Álvarez Bravo joue entre la référence et sa sublimation esthétisante. Il semble répondre à une orientation esthétique originale, apparemment contradictoire, pouvant être qualifiée d’abstraction figurative. De la reconnaissance de l’objet, de sa mise en poésie, l’œil se laisse, dans un déclic postérieur, convaincre que l’essentiel est dans la perception de la forme pure plutôt que son utilité. En franchissant les barrières de l’utile et du connu, Manuel plonge dans le subconscient et élève les plus sombres idées à la surface.

« Son œuvre pénètre profondément le terroir Mexicain, la rêverie et la violence, le sang qui bat devant les émotions. » Henri Cartier Bresson