De Cinzano à Bic en passant par Perrier et Aspro, les marques emblématiques de la France des Trente glorieuses n’auraient pas leur place dans l’imaginaire populaire sans Savignac. Raymond Savignac a marqué l’histoire de l’affiche française avec sa poésie, son sens du raccourci et son humour joyeux. Compréhensible pour tous, Savignac érige un Esperanto graphique qui grave dans notre imaginaire des gags visuels et des images emplies de légèreté et de gaité. Tutoyant l’art tout en s’adressant au commun des mortels, l’expatrié trouvillais fait en sorte que la lecture de l’affiche soit instantanée et appelle l’affectif du public grâce à la fantaisie et la simplicité du message. La vache reposant sur un piédestal de Monsavon tire sa révérence avec classe.

« C’est le goût du gag qui m’a amené à décomposer l’art de Chaplin. Après, il ne m’a plus quitté. Mon but a été de mettre du cinéma dans mes affiches. » Raymond Savignac